+216 21 589 182 contact@agriscoop.com

700 ruches mortes en Dordogne fin mars… 3 000 aujourd’hui. Une catastrophe naturelle annoncée

L’Union européenne a voté la semaine dernière l’interdiction pour 2019 de trois pesticides néonicotinoïdes utilisés pour protéger les cultures agricoles. Des produits accusé de causer la disparition des abeilles… Nécessaire, mais sans doute loin d’être suffisant et sûrement trop tardif.

En trente ans, près de 80 % des insectes volants auraient disparu d’Europe. Et parmi les victimes les plus “visibles”, les abeilles dont les hécatombes récentes ne cessent d’inquiéter les apiculteurs. Fin mars, les apiculteurs de Dordogne avaient dénombré 700 ruches désertées, vides de tout occupant. Aujourd’hui il y en aurait 3 000 !

Après de précieuses années perdues en débats et batailles d’experts, l’interdiction de trois néonicotinoïdes reconnus dangereux pour la survie des précieux insectes a été prononcée par Bruxelles, mais n’entrera en vigueur qu’en 2019. L’Union Européenne s’appuie sur des évaluations négatives de l’Agence européenne pour la sécurité des aliments (Efsa), publiées en 2013 et confirmées en février dernier.

Décision tardive, mais décision quand même. Que l’Union Européenne vienne d’interdire ces trois pesticides dangereux reste une bonne nouvelle pour les apiculteurs, désespérés de constater, impuissants, les disparitions vertigineuses de leurs ruches.

Ces pesticides néonicotinoïdes s’attaquent au système nerveuxdes abeilles au moment où celles-ci butinent des champs traités. Évidemment pas le but premier recherché par les agriculteurs qui apprécient en revanche la protection contre les parasites des récoltes, qu’ils proviennent du sol ou des airs. Un engouement bien sûr encouragé par les industriels…

Est-ce pour autant la fin du cauchemar pour les insectes ? C’est malheureusement loin d’être sûr.  D’autres molécules sortent régulièrement sur le marché, trop vite pour être testées. Et les autres néonicotinoïdes sont de toute façon encore autorisés et largement utilisés.

Et comme si ces produits ne suffisaient pas, le 15 avril dernier dans une tribune publiée dans Libération des scientifiques et des chercheurs du CNRS, INRA et de l’Inserm alertaient la population et les pouvoirs publics sur les risques potentiels de fongicides SDHI (inhibiteurs de la succinate déshydrogénase) utilisés “à grande échelle” en agriculture pour détruire les moisissures qui se développent sur les céréales ou les fruits et qui se retrouvent dans la nourriture. Une substance qui bloque une étape de la respiration des champignons, et qui pourrait affecter les cellules de tous les êtres vivants, voire modifier l’ADN humaine… Nous vivons une époque formidable… où le progrès fait rage…

Agriscoop
À propos de l'auteur

Laisser une réponse

*

Find NULLED WordPress Themes and Plugins at NulledHub.net