Huile d’olive: Le meilleur millésime en 4 ans. Les exportations tunisiennes passent du simple au double, prévoit l’USDA

Posted On 26 Mai 2021
Comment: Off

La production d’huile d’olive devrait atteindre son plus haut niveau depuis quatre ans lors de la campagne agricole 2021/22, selon le dernier rapport du ministère américain de l’Agriculture (USDA).

L’USDA a prévu que la production s’élèvera à 3,3 millions de tonnes, son volume le plus élevé depuis la campagne 2017/18, qui a vu des récoltes exceptionnelles en Tunisie,  en Algérie, en Argentine, dans l’Union européenne et au Maroc, ainsi qu’une récolte record en Turquie.

Les prévisions de production optimistes sont principalement alimentées par l’attente de rendements importants en Tunisie et dans l’UE, qui devraient toutes deux produire 100 000 tonnes de plus en 2021/22 que lors de la campagne actuelle.

L’USDA a déclaré qu’il s’attendait également à ce que les exportations d’huile d’olive atteignent des niveaux record au cours de la prochaine campagne. Les exportations de l’UE devraient augmenter de 25 000 tonnes pour atteindre un total d’un million. Quant aux exportations tunisiennes, elles devraient presque doubler pour atteindre 225 000 tonnes.

Outre les exportations, la consommation d’huile d’olive devrait également atteindre des sommets, principalement en raison de la disponibilité accrue sur le marché et de l’évolution des préférences des consommateurs pour l’utilisation de l’huile d’olive dans la cuisine familiale.

La hausse constante des prix des huiles végétales au cours de l’année écoulée a également rendu l’huile d’olive plus abordable pour la plupart des consommateurs. Si les prix ont augmenté sur les trois marchés de référence de l’UE et en Tunisie, ils n’ont pas suivi le rythme des prix des autres huiles végétales courantes, qui ont doublé au cours des 12 derniers mois.

Comme la production, les exportations et la consommation devraient toutes augmenter, les stocks de fin de campagne d’huile d’olive devraient atteindre leur niveau le plus bas depuis cinq ans, tant dans l’Union européenne que dans le reste du monde, a ajouté l’USDA. Les stocks d’huile d’olive se situent actuellement à 510 000 tonnes, leur point le plus bas depuis 2016/17.

Les faibles stocks de clôture et la demande croissante d’huile d’olive jettent tous deux les bases d’une nouvelle hausse des prix en 2022, une perspective séduisante pour les producteurs après plus de trois ans de ce qu’ils ont décrit comme des prix durablement bas.

Cap sur les USA

Plus du tiers des exportations mondiales d’huile d’olive prennent le chemin des Etats-Unis, lesquels représentent environ 36% des importations mondiales d’huile d’olive, au premier rang, suivis de l’Union européenne avec 17%, du Brésil avec 8%, du Japon avec 7% et du Canada avec 5%. Les quatre réunis ils atteignent 73% des importations mondiales. Le reste des pays importateurs est inférieur à 5%.

Les  importations d’huile d’olive vierge et d’huile d’olive aux États-Unis ont, de fait,  augmenté de 13% dans la campagne 2019/2020 par rapport à la campagne 2018/2019, atteignant 391.116 tonnes, le chiffre le plus élevé de la série historique, selon les dernière données du Conseil oléicole international.

En ce qui concerne l’huile de grignons d’olive, les importations étasuniennes ont augmenté de 11,4% au cours de la dernière campagne agricole et de commercialisation 2019/2020, atteignant 396.919 tonnes. Cette augmentation a été de 27,1% par rapport à la saison 2013/2014, où 312.341 tonnes ont été importées.

Au cours des sept dernières campagnes, l’Italie, l’Espagne et la Tunisie ont été les principaux fournisseurs des États-Unis, représentant 77,3% du total parmi les trois, suivis du Portugal avec 8,7% et de la Turquie avec 4,5%, indique Olimerca. Par origine des importations, environ 67,2% du total provient de l’Union européenne. Les 32,8% restants proviennent principalement de Tunisie.

Agriscoop
À propos de l'auteur